Ca va, ça vient (2)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Ca va, ça vient (2)2020, ça va, ça vient… (2)Diam, c’est moi, 35 ans, coiffeuse dans un petit village des Alpes, mariée avec Phil depuis trop longtemps… Enfant élevé, nous avons rencontré dans le premier chapitre, un couple qui cherchait à varier leurs plaisirs, pour mieux booster leurs libidos, ce que nous avons tenté…But atteint, car ce fut fusionnel dès la première soirée, je pris mon pied avec Marc, le mari d’Irène, belle jeune femme active, qui trouva avec le mien une réponse à ses questions…Oui, l’échange entre couple est à priori bonifiant, il augmente nos libidos personnelles, accroît notre désir, ce qui m’a poussée dans les bras lesbiens de ma nouvelle amie…Initiée, heureuse de nous voir en tête-à-tête sans nos maris, nous sommes devenues réellement amantes, puis amies, avec tendresse, un mélange de sexe et d’amour…Nous avons continué à nous recevoir pour nos quadrilles, j’y ai découvert le passion du sexe libertin, sans tabou et sans gêne. J’ai trouvé un nouveau Phil, plus avenant, plus amoureux, et cela nous a rapprochés. De même pour eux, car nous sommes devenus inséparables…Dans quelques jours, nous partons au ski une semaine, pour la première fois…Hôtel de luxe, station connue et appréciée, neige au rendez-vous, dans une suite pour 4, c’était le minimum…Nous essayons la nouvelle voiture de Marc, totalement électrique, un confort douillet, nous partons tôt pour éviter les bouchons…Marc au volant, je suis derrière le conducteur, Irène avec son mari, le mien derrière elle…Le bruit du simple frottement de l’air sur la carrosserie, un fond de musique variée, je m’assoupis…Phil, s’est rapproché d’Irène, lui parle à l’oreille, je ne vois pas sa main droite, passée à droite du fauteuil, caressant les seins de mon amie…Marc conduit bien, prudent, doux, il adore cette voiture silencieuse, et confortable…Les yeux rivés devant lui, attentif au monde extérieur…Il ne voit pas ce qui se trame sur le siège passager, dans la pénombre complice, un jeu de mains…Irène a les yeux dans le vague, et je comprends…La main de mon mari est passée sous son soutien-gorge, on ne voit rien de leurs gestes, elle avait mis un plaid sur elle, et elle se laisse caresser, je pense qu’elle en profite pour augmenter son désir manuellement…-Il va falloir que l’on s’arrête… Petit déjeuner et WC, dégourdissement des jambes…Nous prenons une sortie vers une aire d’autoroute, il se gare vers la brasserie…Pipi et quelques pas, le temps a changé, il fait froid, nous prenons café, thé, croissants et brioches, avec un délicieux jus d’oranges maison…Irène me dit de la remplacer devant, j’obéis…Nous voilà repartis par les routes secondaires…Il ne neige pas encore, mais ça pourrait venir…Au bout d’un moment, j’entends un bruissement, je vois dans mon champ de vision, en regardant Marc, Irène les yeux fermés, la main de Phil entre ses cuisses qu’elle a généreusement écartées…Les coquins en profitent… Il la masturbe doucement, au rythme des virages, elle s’abandonne…Puis surprenant mon regard, répondant d’un clin d’œil, elle ne se cache plus et lui ouvre la voie…Il a dû la pénétrer, je l’entends feuler, mais la musique douce couvre ses soupirs…Puis quelques kilomètres plus loin, je vois la bite de mon mari, droite et caressée en toute innocence…Elle se penche vers lui au profit d’un virage, et vient emboucher la chose avec avidité…Sa tête bat la mesure, je ne peux me tenir et sors celle de Marc, surpris pas la manœuvre… Il les avait vus dans son rétroviseur, les cuisses écartées de sa femme, la tête dodelinante, les bruits de succion et mon soudain intérêt pour son sexe…Un chemin, un coup de volant et l’arrêt complet à l’abri des regards…-Après le petit déjeuner, une petite fellation, les amis ?Irène ne se cache plus, je sors le membre de son mari et me penche sur lui, ceinture déconnectée…Mon pantalon me permet de me glisser vers lui, je le pompe avec art, il dégrafe mon Jean, je l’aide pour le retirer… Et nous voici tous les quatre, en train de faire l’amour, Irène écartelée sur son siège, la chatte grande ouverte, et Phil qui vient la prendre ; moi, j’ai préféré m’agenouiller sur mon siège, arc-boutée sur le dossier et Marc est passé dans mon dos et me baise avec passion… Je le sens grossir dans mon vagin détrempé, il m’ouvre à chaque pénétration et m’envoie au paradis, plantant vertement son dard dans mon affaire…Irène se met à jouir franchement, assise sur mon mari…-Oh, oui, gros coquin, baise-moi à l’arrière de ce carrosse électrique…-Je te prends comme une vicieuse en manque, tu t’es empalée sur moi, vorace et insatiable, et tu te fais jouir à ton rythme, en t’embrochant vivement pour calmer ta libido…-Je viens, je vais jouir de ton mandrin puissant… -Non, attendez, anadolu yakası escort nous aussi on veut participer, ici nous sommes trop serrés…La place à l’arrière est généreuse et je les rejoints à la manière d’une chatte, sur la vaste banquette. Marc passe par l’extérieur, et s’installe, je m’assieds sur lui et sa bite rentre en moi, comme dans du beurre et m’arrache des feulements de hyène…On fait l’amour dans la même position, assises sur nos amants, Irène braille son orgasme, j’arrive à ratt****r mon retard, et me lâche, écartelée, plantée sur son dard, étreinte comme une catin, ondulant à grands coups de bassin, me plantant sa verge avec frénésie en entendant jouir mon amie…Phil la pilonne, la soulève et la fait basculer sur le dossier du siège de devant, il peut la fourrer en levrette, prendre ses seins à pleines mains… Je fais pareil et m’offre à Marc qui me transperce à chaque coup de bite… Je jouis de nouveau, ivre de plaisir, de leurs caresses, de leur semence qui gicle dans nos vagins, en même temps…Irène vient me lécher, récupérant le sperme de son mari, et je fais de même avec elle, m’offrant à son mari…-Voici un arrêt d’urgence… Nous avons nos priorités, surtout vous mesdames, qui sembliez être en manque…-Oui, j’ai fauté… Sans doute ce cuir, et ce silence de cathédrale, j’ai eu envie d’un cierge…-Pas de commentaires… On a compris !Nous reprenons la route jusqu’à l’hôtel, où nous prenons une douche, en nous installant dans nos chambres communicantes…Il fait chaud, nous restons nues, passant d’une chambre à l’autre pour comparer la vue…Tandis que les hommes inspectent les frigos, Irène vient me rejoindre, le regard vers les sommets enneigés et contemple les premiers flocons qui virevoltent contre les vitres…-C’est beau, les chambres sont magnifiques…-Il fait bon, j’aime l’hiver au chaud, et tes lèvres sur ma peau…Je l’étreins contre la baie vitrée, elle s’y colle, sentant le frais sur ses seins, son ventre et son pubis plaqués, exposés comme dans une vitrine, et nous éclatons de rire… Un couple fait la même chose ou presque dans une chambre du bâtiment de droite, sans doute l’autre aile de notre hôtel, nus tous les deux, il la baise debout contre la vitre, cuisses un peu ouvertes, bassin vers l’arrière, elle semble aimer cette position, ondulant son bassin contre lui, ahanant son plaisir, sa bouche s’ouvre et se ferme, comme dans un dessin animé…Elle soulève une cuisse, il augment la cadence, la plaquant fermement, par ses larges coups de reins, qui la maintiennent contre la baie vitrée…Ses beaux seins sont écrasés, elle semble jouir maintenant, se tenant par ses mains grandes ouvertes sur la vitre, elle se penche peu à peu en avant, reculant son derrière vers lui, s’arc-boutant contre la vitre, s’offrant à la furie de son amant… Il la soutient, la lutine en la tenant par les hanches, puis empaume ses seins, et continue à la prendre avec enthousiasme… Elle ouvre la bouche, elle jouit de lui, elle ferme les yeux, il termine en l’empalant sur sa verge, se vidant, elle jouit des derniers coups de reins rageurs, puis il la serre contre lui en la retournant et ils s’embrassent…-Qu’est-ce qu’il lui a mis !-Ils avaient envie tous les deux…-J’en suis tout émue…-Moi aussi… Touche…Et voilà nos amies en train de se caresser devant la baie vitrée, puis elles roulent sur le lit, et entament un long ballet lesbien, les maris entendant leurs soupirs caractéristiques viennent regarder un moment, puis se mêlent à la lutte, décuplant les râles et les gémissements…Irène est investie par les deux hommes, en scandant des mots assez crus, et finit par un orgasme, quand elle les sent se vider tous les deux, avec la rage de deux bêtes en rut…Diam regarde son amie, assise sur un, sodomisée par le second, elle voit les longs sexes plonger jusqu’à la fin, elle retombe vidée, eux aussi…Diam se sent frustrée… Les regarde reprendre des forces…-Ne t’en fais pas, Diam, tu y passeras ce soir… Et sans doute bien pire tu recevras…-Ah ? Quoi ? Qui ?-Chut, c’est un mystère…La douche est bonifiante pour tous les partenaires, les deux femmes discutent en se préparant, il est l’heure de visiter la station…Shopping d’hiver, les deux hommes matent plutôt les vendeuses et quelques clientes fort dénudées…Ils décident de nous laisser entre filles, pour aller siroter un alcool réconfortant…Nous continuons… Parfois les prix s’envolent, mais je craque sur un chemisier merveilleux, transparent, blanc comme la neige, orné de fleurs des montagnes…La vendeuse me reluque, surtout mes seins…-Ils vous plaisent ?-Oh, j’en vois beaucoup ici, mais les vôtres sont parfaits, j’aime les seins aux aréoles larges, des seins ataşehir escort pleins pour que les hommes aient du travail, avec des bouts sensibles qui réagissent au quart de tour, comme les miens…-Ah !… Oui… Pose tes lèvres dessus, je ne suis pas coincée du cul…-Oh que c’est bon, je les ai senti durcir sous mes lèvres… Tu es très sensuelle…-Mon amie Irène aussi, elle essaie dans la cabine du fond…-Je ne veux pas te créer de problème… Mais je coule en les caressant…-Si tu veux, nous sommes ici pour nous amuser avec nos maris libertins…-Ah !… Pourquoi pas ce soir…-Viens nous rejoindre à l’hôtel, la 325, après minuit…-J’ai un ami aussi qui serait ravi de vous connaitre, vous êtes si attirantes…-Parfait, c’est ce que l’on cherche, mais en douceur, tendresse, et partage de plaisir….-D’accord, je suis Maria, et mon copain c’est Milano, un suisse, tendre comme du chocolat… Caresse-moi un peu…-Vas-y, prends ma chatte…Maria est très douce et son intimité ressemble à de la soie, sa grotte est trempée, elle n’avait pas menti… Nos premiers échanges sont très chauds, baisers tendres, caresses et masturbation réciproque, elle feule dans mon oreille « Encore, je suis à toi, mon bouton aussi. »… Quand je titille son clitoris, c’est le feu aux poudres…Je la sens partir très loin de moi, jouir sur son nuage…Je suis obligée d’arrêter, une cliente vient d’entrer… J’ai les doigts trempés et poisseux…Ouh, c’était divin… Elle est très sensuelle, ses seins remplissent son soutien-gorge, et sont très sensibles, j’adore…Et même plus… Quelque chose de spécial dans sa façon de se donner…Maria devrait plaire à Irène et Marc… Quant à Phil, inutile de préciser…Sa chatte est douce et large, chaude, je n’ai pas eu le temps d’y goûter, ma main a trouvé la clé rapidement, elle adore se laisser caresser par les clientes… Quelques-unes ne viennent que pour ça…Sympa comme magasin…On retrouve nos hommes en terrasse, on comprend pourquoi, une équipe de ski, féminine comme pour nous narguer…Ils sont chauds, mais on a faim…-Dommage de devoir partir, elles étaient belles dans leur équipement rose…-Si tu me veux en rose, attend ce soir…-Et si vous voulez des femmes on en connait une, particulièrement douée…-Pour quoi faire ?-Mettre le feu aux poudres ! Vous seriez partant avec un couple de plus ?-Ben, faut voir… Hein Marc ?-Sûr, il faut qu’ils nous plaisent tous les deux, et à vous aussi…-Pour nous c’est fait, on a testé et c’est bon ! Alors ?-Bon, OK, invite-les au restaurant d’abord, on fera connaissance avant de baiser…Pendant qu’on s’installe, je m’éclipse avant que notre amie ne ferme…Elle est d’accord, son mec joint par SMS a répondu OK… Dans une demi-heure au restau Savoie…Table pour 6, tranquille, un peu à l’écart de la grande salle. Le serveur est tout souriant, propose des apéros en attendant nos amis…Maria entre la première, suivie par un mec bronzé, genre prof de ski… Nous faisons les présentations, nos mecs sont scotchés, Irène me fait un clin d’œil en zieutant le coach, Milano…Justement, il s’assied à côté d’elle, et moi entre nos deux mâles, échaudés par notre nouvelle partenaire…La fondue est commandée, le vin blanc coule à flot, les joues deviennent roses, les hommes parlent fort, rient en nous pelotant discrètement… Milano est sublime, raconte ses déboires avec ses clientes, nous buvons ses paroles, surtout Irène, qui ferme parfois les yeux…Il doit la caresser en catimini, elle me sourit complice…Maria a des absences, sans doute la présence de Phil à son côté…Je ne vois pas passer la soirée…C’est Phil qui sonne la sortie, notre hôtel est à quelques pas…Heureusement pour notre nouvelle amie, qui s’appuie largement sur mon mari…Milano a du mal avec Irène, fermeture éclair coincée, après un léger flirt avec Maria dans les toilettes du restaurant…L’ascenseur est une épreuve de plus, les mains s’envolent sous nos robes, valsent sur nos poitrines, Phil est le premier à passer sa carte et la porte s’ouvre… Chacun a choisi, Milano me colle contre lui, son baiser est généreux et viril, je sens bien son désir contre mon ventre, Phil a entraîné Irène dans l’autre chambre, Maria me sourit, Marc l’allonge sur le grand lit devant nous, il la déshabille devant son mari…-Venez me faire l’amour, je suis pompette… Appelez Phil, je veux vos hommes pour moi seule… Milano, tu iras avec les deux femmes que tu caressais au restaurant…Ainsi fut dit…Je tombe dans les bras de Milano, au pied du lit et son baiser me sort de mon rêve…J’ai le temps de retrouver Maria…Je l’entends déjà se donner à ses deux amants…Irène se rapproche de nous et nue, elle s’embroche sans gêne sur le membre bandé de notre nouveau compagnon…Ses seins délicieux l’attirent, ümraniye escort je l’aide, me frotte contre lui, caresse ses bourses, tandis qu’elle s’empale en cadence en jouissant…Je la remplace dès que je peux, baisers tendres, mains coquines, il masse mes seins tandis que je sens sa queue grossir dans mon vagin…Puis on entend sa femme gémir dans l’autre chambre…-Venez mes chéries, je vais vous prendre aussi, donnez-vous sans complexe, on aime tant le sexe, écoutez Maria, elle baise avec vos amants, Diam, tu l’as connue quelques minutes, tu sais qu’elle aime tout, c’est une nymphomane… Offrez-moi vos belles chattes, que je les suce avec tendresse, pour vous faire crier de plaisir, et continuez à vous embrocher à loisir, offrez-moi aussi vos culs, vous ne serez pas déçues…Après avoir frôlé l’extase, j’en garde pour plus tard, et le dirige vers Irène, qui s’est mise en levrette et reçoit son dard…Elle jubile de désir, s’écarte pour qu’il la prenne, et elle jouit tout de suite, mise à mal par les coups de reins qui la malmènent, en faisant grincer notre terrain de jeu…La bite énorme entre et sort à une vitesse folle, je me masturbe en les regardant, elle cherche à m’aider et trouve mon clito…Il se penche vers moi et me donne un baiser, caresse mes seins, puis mes tétons dressés, elle me fait jouir, il me pousse, me renverse sur le dos et me baise… Ecartelée, cuisses repliées, il me fourre avec son dard énorme, elle s’assied sur mon visage, je le suce avec passion…Quel échange qui le stimule ! De nous voir nous gousser devant lui, pendant qu’il m’empale, en entendant les gémissements de son épouse, ses cris et ses suppliques…Irène se relève et s’offre à sa bouche, elle a envie de lui…Je m’allonge sur elle, il peut nous baiser l’une après l’autre, passer de l’une à l’autre,, mélanger nos sucs abondants, nos mouilles de femelles en folie, je sens son sperme jaillir, remplir mon vagin, il change vite et elle crie son orgasme, en même temps que moi, et que Maria, prise par nos deux hommes en même temps…Après un temps de repos, le bruit continue dans l’autre chambre, je me lève pour voir, elle les a tous les deux dans la bouche, tandis qu’ils la masturbent ensemble par devant et par derrière, lui arrachant des râles rauques et profonds…Je m’offre à leurs sexes, Marc me prend le premier, il prend Irène en second, Milano investit ma chatte, écartelée, puis retournée, il me savoure en me plaquant au sol, son sexe planté comme un soc dans la terre… C’est l’heure de l’halali, Milano me tend sa verge, je la happe et le suce, Maria est venue sous lui et lui lèche les couilles… Irène est secouée de spasmes, Phil l’entraîne jusqu’à l’extase, violent, immense jouissance, qui nous prend au ventre en entendant ses râles et ses onomatopées… Imbriqués tous les six, changeant de partenaire à la vitesse du vent, ivres de caresses, nous nous abandonnons toutes les trois à leurs fantasmes, pendant plus d’une heure, sans nous arrêter, baisées, sodomisées, sucées, leurs sexes plongeant dans nos bouches avides, dans nos corps, dans nos méats, parfois par les trois hommes ensemble…Milano nous inonde de sperme, c’est un phénomène… Maria libère sa fontaine en criant de plaisir sous un Marc démonté…Irène se refait reprendre en double, allongée sur Phil, sodomisée par Milano…Un final de rêve, après lequel nous sombrons dans un sommeil mérité…La nuit s’avère courte et intense, entrecoupée d’abandons lesbiens, nous nous retrouvons entre femmes dans la seconde chambre, nos hommes sont vidés et exténués, et nous gardons ce secret jardin, cette intimité magique, Maria est une amante exceptionnelle qui nous emporte chacune dans un tourbillon de caresses…Les yeux hagards, des bleus parfois, les fesses rougies, la chatte endolorie, l’anus encore ouvert, nous gardons la chambre jusqu’à midi, et dînons ensemble, nus et encore embrumés…Les vas-et-viens au dessert, terminent cette séance, je me laisse désintégrer comme une poupée, prise en double, en triple, je ne sens plus leurs bites, juste le plaisir qu’elles me donnent, embrassée par mes nouvelles amies…Après cette semaine de plaisirs, nous avons changé nos habitudes…Je suis vraiment attirée par le sexe, tous les sexes et nous flirtons souvent avec d’autres couples…Je suis encore avec Phil, Irène et Marc habitent près de chez nous, Maria a quitté Milano, mais a pris un amant noir qui fait les délices de nos soirées coquines…Ils n’habitent pas très loin non plus, c’est un plaisir…Demain, samedi, on va être huit couples, sur deux grands lits de 2,00 m jumelés que nous avons acheté à Noël, et installés dans une pièce douillette, histoire de pouvoir agrandir notre cercle d’amis…Fabien est Guadeloupéen, il me donne le vertige quand sa large queue me pénètre et qu’il commence ses vas-et-viens divins… J’ai crié pour la première fois, pourtant je ne suis pas vierge…Je deviens addicte, presque nymphomane, car demain, ils seront 2, il y aura Jacques, son ami, 24 centimètres… Il peut nous faire l’amour pendant 3 heures…FINMarika842010Février 2020

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın